TEMOIGNAGES

Pour nous ça a été Extraordinaire !

Ce message avant tout pour remercier Mme Aboukrat pour son travail dévoué, qui pour nous a abouti à des résultats formidables, sans aucune exagération !
Je vous invite à lire mon message jusqu'au bout, même s'il est un peu long, car l'histoire est plus complexe. Peut-être d'autres personnes se trouvent dans la même situation que nous et ça pourrait les aider. J'aurais tant aimé, dans ma période de désarroi, que quelqu'un me parle de ces professionnels qu'on ne connaissait pas, afin qu'on puisse venir en aide à mon fils.
Je me dis que si vous êtes sur ce site c'est probablement parce que vous cherchez des solutions pour améliorer votre écriture, ou plus souvent celle de vos enfants. Alors là, vous êtes au bon endroit, Mme Abroukat pourra vous aider, elle détient la bonne technique et a une approche très pédagogique et bienveillante.
Je parlais au pluriel, car mes deux enfants: Toma - 10 ans et Carla - 6 ans, ont fait le travail de rééducation avec Mme Aboukrat.
Carla, qui est en CP, ne savait pas du tout tenir le crayon dans la bonne position, du coup elle avait du mal à passer de l'écriture en majuscules (qui n'était pas non plus terrible) aux lettres manuscrites. Avec la technique et les exercices préconisés par Mme Abroukat, au bout de 7 séances (dont une à distance, à cause du confinement) elle a acquis le bon geste et une belle écriture fluide. A présent elle est ravie, très fière de ces résultats elle prend du plaisir à écrire sans qu'on lui demande. Les résultats obtenus lui ont permis aussi de retrouver la confiance en soi.
Toma, qui est diagnostiqué TED, n'a jamais réussi à écrire correctement en lettres manuscrites. Le geste de l'écriture lui était trop couteux et il n'arrivait pas du tout à écrire en classe, ni à la maison d'ailleurs, car on ne savait pas comment l'aider :-). Pour vous donner une idée des difficultés qu'il avait, sachez qu'à son âge, les dictées en classe il les faisait en épelant les mots à son AVS, pareil pour le reste de ses évaluations. Depuis le debut de sa scolarité on a été à la recherche d'un professionnel qui saurait l'aider à ce niveau. On nous a dirigé vers des ergothérapeutes qui ont mis un an à nous répondre, faute de disponibilité. Au bout d'an an on a eu un rdv pour lui faire un bilan, qui nous a couté 250€, à l'issue duquel on nous a préconisé 30 séances d'ergothérapie à 70€/séance, sans aucun engagement sur le résultat. D'ailleurs elles nous ont dit clairement qu'il ne saura jamais écrire et que l'aide qu'elles apporteront sera de lui apprendre à se servir d'un ordinateur pour prendre de notes. Donc nous n'avons pas donné suite, ce n'était pas du tout ce qu'on cherchait. Toujours en quête de trouver une solution pour venir en aide à mon fils, j'en ai parlé aussi à mon ostéopathe, qui m'a révélé l'existence des ces professionnels formidables, qui sont les graphopédagogues du réseau 5E et leur méthode éprouvée. Le travail de rééducation s'est rapidement mis en place, grâce à la bonne pédagogie de Mme Aboukrat, mon fils a été coopérant, il a vite compris l'intérêt de son travail. Aujourd'hui, au bout de 7 séances, et un travail d'écriture quotidien, en respectant les consignes données par le graphopédagogue, il est devenu autonome pour l'écriture et c'est plus que lisible! Il peut écrire de ses propres mains toutes les histoires qui lui traversent l'esprit et il en est très fier.
A l'école, les résultats sont moins visibles, le personnel encadrant n'a pas su passer la relève, et ils continuent à écrire à sa place. Mais je pense qu'il saura l'intégrer au moins pour son passage au collège et par la suite être autonome dans la prise des notes.
Je laisse parler les résultats et invite Mme Aboukrat à poster les copies d'avant et après.
Encore un grand merci, on vous est très reconnaissants, vous avez rendu l'impossible en possible, quand on y croyait plus. Le seul regret qu'on a c'est de ne pas vous avoir connue avant, pour soulager toutes ces années de peine à mon fils.

Témoignage

Mon Fils Yasser âgé de 9 ans souffrant de dyspraxie et de troubles de la psychomotricité. en souffrance à l'école depuis qu'il a 6 ans, car ne pouvant écrire correctement, ni pouvant recopier ces devoirs, il a fini par perdre confiance en lui, j'avais vu une autre graphopedagogue, mais sans succès.

Refusant de baisser les bras, j'ai pris contact avec une association de parents d'enfants dyspraxiques, et la j'ai eu l'adresse de Madame Aboukrat.
Mon fils est arrivé chez Madame Aboukrat , des le premier jour, j'avais compris que jetais arrivée enfin à la bonne adresse. Après Six séances de rééducations, le travail soutenu et toute la pédagogie et la patience dont madame Aboukrat faisait preuve, j'ai vu la métamorphose de mon fils Yasser. lui qui fuyait l'école, s'est mis a aimer écrire, recopier, il est fier de me montrer ces poésies écrites correctement ,,lisiblement, non seulement que Yasser a réappris à écrire, mais il regagné en confiance.
Merci infiniment Madame Aboukrat.
Maman de Yasser

Rééducation en visio

Depuis la petite section, les maîtresses de Syméon avaient remarqué ses difficultés en graphisme, mais il n'arrivait pas à progresser. Au cours de son CE1, les difficultés ont augmenté, avec une écriture qu'il n'arrivait pas à relire et beaucoup de fautes de copie. Nous avons donc profité du confinement pour commencer une rééducation en visio avec Yvette. Après six séances de rééducation et des exercices quotidiens pendant 3 mois, il termine son année avec une écriture régulière et tout à fait lisible, et beaucoup moins de fautes dans les exercices de copie. Et surtout il râle beaucoup moins quand il faut écrire quelque chose, car il sait que maintenant il sait faire ! Un grand merci !

Réécriture

Jeune diplômé de 25 ans et gaucher contrarié, Yvette m'a permis de me réconcilier avec les sensations de ma main gauche oubliée.
Au fil des séances ma main gauche s'est rééduquée afin de la reconnecter avec le file de mes pensées.

Les techniques utilisées étaient un point de départ nécessaire pour l'assimilation des fondamentaux techniques de l'écriture de lambin gauche et sa pratique ultérieure régulière.


Merci Yvette

un nouvel ami

Depuis la maternelle, j'avais noté que ma fille Mariska tenait son crayon en l'enveloppant avec la phalange moyenne, la phalange distale recouvrant les autres doigts, tandis qu'elle crispait l'extrémité de son index et de son majeur sur le crayon. Comme je ne trouvais pas cette tenue très détendue, je m'en ouvrais à son enseignante. Celle-ci me répondait de ne pas m'en faire et que "ça allait se mettre en place".
Par la suite, comme je le supposais, ça ne s'est jamais "mis en place" et Mariska a continué à écrire de la sorte mais, pour autant, n'en semblait pas incommodée dans l'apprentissage de l'écriture.
Plus tard vers 9 ans, à l'occasion d'un test, une psychologue relevait cette tenue du crayon peu orthodoxe et nous demandait si cela posait un problème à Mariska. Il semblait toujours que non mais je lui faisais part de mes premiers doutes et de ma crainte que cette crispation des doigts devienne une gêne plus tard dans la prise de notes rapide et abondante. La psychologue nous parlait pour la première fois de la graphopédagogie.
A la rentrée du CE 2 ou du CM 1, elle avait ressenti du découragement. Elle trouvait qu'elle écrivait mal et une camarade de classe s'était moquée d'elle. Je lui ai démontré qu'elle n'écrivait pas "mal" mais qu'elle écrivait trop vite et qu'en prenant le temps de former ses lettres comme elle avait appris, son écriture était tout à fait correcte. Après quelques lignes d'écriture, elle prenait conscience qu'elle était parfaitement capable d'écrire joliment. Je lui expliquais que la vitesse viendrait après.
Comme je restais attentif à sa façon d'écrire, et notamment la persistance de cette crispation autour du crayon, je notais également que son dos s'arrondissait de plus en plus quand elle écrivait et que la tête se rapprochait de plus en plus de la table en regardant sa feuille de biais. Nous avons discuté ensemble de cette tenue de crayon et de sa posture. Il me paraissait évident que l’injonction «tiens-toi droit" ne sert à rien si elle ne s'inscrit pas dans un processus de ré-apprentissage global. Nous avions tenté aussi d'utiliser un stylo doté de guide-doigts, mais le stylo était trop épais et devenait vite inconfortable.
A la veille de son entrée en 6e, si elle écrivait convenablement et lisiblement, c'était elle maintenant qui pressentait des difficultés à venir dans ses prises de note et demandait que nous y remédiions. Elle n’avait pas oublié qu’on nous avait parlé de la graphopédagogie.
Mariska a adoré travailler avec Mme Aboukrat qui a su tout de suite la mettre en confiance et l’encourager sans la juger. On voit très vite que la technique est éprouvée. Nous avons passé en revue tous les fondamentaux, posture, hauteur de table, choix puis tenue du stylo, position de la main qui n’écrit pas... Rien n’est laissé au hasard et Mariska a bénéficié de conseils que l’école néglige trop souvent de dispenser. Les exercices lui ont paru très ludiques et elle s’est appliquée à les reproduire quotidiennement à la maison sous l’attention de sa maman ou son papa. Car les parents ont un rôle actif dans ce ré-apprentissage. En quelques séances, Mariska a acquis les clés pour maîtriser la tenue de son nouvel ami le stylo-plume, et améliorer les détails de sa calligraphie. Elle doit encore travailler un peu sa vitesse mais forte des conseils de madame Abroukat, je ne doute pas qu’elle y parvienne.
La réussite de madame Aboukrat ne vient pas que de son expérience de maman et d’enseignante. Elle vient surtout du fait que, pour elle, rien n’est acquis et qu’elle questionne en permanence sa propre pratique. Et plus que tout, sa pratique est servie par une remarquable qualité d’écoute : elle écoute l’enfant mais elle entend aussi les parents.

Merci

Bonjour,
Je voulais vous remercier de m'avoir aidé pour mon écriture ; je vous envoie une leçon de maths et de français que j'ai écrit en cours.
Si vous lisez ce message MERCI DU FOND DU COEUR
Yohan

Progrès de Yohan

Yohan avait beaucoup de remarques sur son écriture difficilement lisible à l'école. Il est vrai que cela annonçait beaucoup de difficultés.
Nous avons pris les choses en main en sixième. J'ai réussi à emmener Yohan chez Madame ABOUKRAT grâce aux exemples avant-après du site. Il m'a dit qu'il avait toujours rêvé avoir une belle écriture comme celle des copains, nous n'en avions jamais parlé !
Ce n'est donc pas tout à fait le hasard qui nous a adressé à Madame ABOUKRAT mais quelle belle rencontre !
Madame ABOUKRAT a tout de suite mis en confiance Yohan et il a tout de suite été motivé. Madame ABOUKRAT est une grande professionnelle et ses élèves ont bien de la chance. Elle est pédagogue, drôle tout en étant ferme.
C'était un plaisir pour Yohan de la retrouver chaque semaine et de lui montrer ses progrès.
Les séances ont porté leurs fruits très rapidement et nous étions très contents.
Une fois les séances terminées je redoutais un retour en arrière sans la surveillance bienveillante de Madame ABOUKRAT.
Cinq mois après, tout va bien et Yohan persévère dans ses efforts. Tout n'est pas parfait mais son écriture n'a rien à voir avec celle du début de l'année scolaire et il suffit qu'il se rappelle son investissement et Madame ABOUKRAT pour se remotiver.
Encore merci, je laisse la plume à Yohan qui tient à vous remercier personnellement.

Un grand merci !

Noah et ses parents vous remercient pour cette réussite dans le ré-apprentissage de l'écriture. Noah a 13 ans et il ne parvenait pas à écrire de façon lisible : écriture filante rapide avec lettres non formées. Cela posait d'énormes problèmes scolaires. 5 séances plus tard, Noah écrit presque comme "une maîtresse"... Tout cela passe par un apprentissage de la façon de tenir son crayon, à former les lettres et les mots, et des exercices à faire tous les soirs entre les séances, prenant peu de temps. Madame Aboukrat est très à l'aise avec les enfants et s'adapte à chacun, en rendant les séances ludiques et constructives. On ne croyait pas un tel changement possible.
Un grand merci à vous ! et une bonne continuation.

Nouvel avis